L’histoire de Disney à Paris

Le début de l’histoire

Après le succès du parc à thème DisneyLand à Anaheim aux Etats-Unis, en Californie, les projets de construction d’une version européenne ont commencé vers 1975, neuf ans après la mort de Walt Disney. Au départ, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne et la France étaient toutes considérées comme des sites possibles, mais la Grande-Bretagne et l’Italie ont rapidement été retirées de la liste des sites potentiels parce qu’elles ne disposaient pas d’une étendue de terrain plat suffisamment grande.

On pensait que le site le plus probable se trouvait dans la région d’Alicante en Espagne, qui avait un climat similaire à celui de la Floride pendant une grande partie de l’année, mais la région était également assaillie par les fameux vents du mistral.

Finalement, le site français l’a emporté, et un site a été dûment étudié à Marne-la-Vallée, en partie en raison de sa proximité avec Paris, et aussi de sa position centrale en Europe occidentale. Un facteur qui devait être crucial pour le succès futur du parc s’il voulait attirer suffisamment de visiteurs. L’emplacement proposé permettait au parc de se trouver à quatre heures de route pour environ 68 millions de personnes, et à deux heures de vol pour environ 300 millions de personnes supplémentaires.

Michael Eisner a signé la première lettre d’accord avec le gouvernement socialiste français en décembre 1985, et a commencé à établir les contrats de financement au printemps suivant. Robert Fitzpatrick, un des principaux organisateurs des Jeux olympiques de Los Angeles de 1984, est nommé président d’Euro Disney, et le parc commence lentement à prendre forme, la construction du site de 2 000 hectares commençant en août 1988.

En décembre 1990, l’Espace Euro Disney (un centre d’information) a été ouvert au public pour montrer ce que Disney était en train de construire. Puis, le 1er septembre 1991, le centre de casting est ouvert afin de commencer à recruter les centaines de Cast Members qui assureront l’exploitation des nombreuses attractions du parc.

 

Le jour de l’ouverture d’Euro Disney à Paris en France

Euro Disney a d’abord ouvert ses portes aux employés, pour des essais, à la fin du mois de mars 1992. Pendant cette période, les principaux sponsors et leurs familles ont été invités à visiter le nouveau parc. La journée officielle d’avant-première pour la presse a eu lieu le 11 avril 1992, et le parc a finalement ouvert aux visiteurs le 12 avril 1992.

La foule du jour d’ouverture, qui devait compter jusqu’à 500 000 visiteurs, ne s’est cependant pas concrétisée et à la fin de la première journée, à peine 50 000 personnes avaient franchi les portes. Cela est peut-être dû en partie aux protestations des habitants de France qui craignaient que leur culture ne soit endommagée par Euro Disney, mais quelle que soit la cause, la faible fréquentation initiale a été très décevante pour la société Disney.

La première phase de développement (le parc à thème, le complexe hôtelier et le terrain de golf) avait massivement dépassé le budget, et avait finalement coûté 22 milliards de francs français à l’époque. Au cours des mois suivants, les chiffres de fréquentation n’ont pas beaucoup progressé et, en mai, le parc n’attirait plus que 25 000 visiteurs par jour, au lieu des 60 000 prévus. Si l’on ajoute à cela le fait que seuls 3 visiteurs sur 10 étaient de nationalité française, le cours de l’action de la société Euro Disney a entamé une lente spirale descendante, perdant rapidement près d’un tiers de sa valeur.

 

La crise se profile à l’horizon après des débuts difficiles

En août 1992, les estimations des chiffres de fréquentation annuelle ont été réduites de façon drastique, passant de 11 millions à un peu plus de 9 millions. Les malheurs d’EuroDisney se sont encore aggravés à la fin de 1992, lorsqu’une récession européenne a provoqué une chute brutale des prix de l’immobilier et que les paiements massifs des intérêts sur les prêts de démarrage contractés par EuroDisney ont plongé la société dans de graves difficultés financières. La situation a été aggravée par le fait que le dollar bon marché persuadait de plus en plus de gens de renoncer à l’Europe au profit de vacances en Floride à Walt Disney World.

EuroDisney était également surpeuplée d’hôtels, surtout pour un parc qui peut être raisonnablement bien exploré en une journée. En plus des prix élevés de la nourriture et des souvenirs, la société EuroDisney a commencé à fermer des hôtels pendant les mois d’hiver.

Le premier anniversaire de l’ouverture du parc a été marqué par un visage courageux et le château de la Belle au bois dormant a été décoré comme un gâteau d’anniversaire géant pour célébrer l’occasion, mais d’autres problèmes étaient à prévoir.

En été 1993, le nouveau manège d’Indiana Jones a ouvert ses portes, mais le désastre a frappé quelques semaines seulement après l’ouverture, lorsque les freins d’urgence se sont bloqués pendant un manège, causant des blessures à certains invités. Le manège a donc été temporairement fermé pour des raisons d’enquête.

Au début de l’année 1994, alors que l’entreprise connaissait de graves difficultés financières et que des rumeurs circulaient sur le fait que le parc était au bord de la faillite, une série de discussions d’urgence sur la crise ont eu lieu entre les banques et les bailleurs de fonds.

 

Le sauvetage de Disney

En mars 1994, tout a basculé lorsque Team Disney a lancé un ultimatum aux banques, leur demandant de fournir suffisamment de capitaux pour que le parc puisse continuer à fonctionner jusqu’à la fin du mois. Mais à moins que les banques n’acceptent de restructurer la dette d’un milliard de dollars que la construction et l’exploitation du parc avaient accumulée, la société Walt Disney allait fermer le parc et se retirer de toute l’entreprise européenne, laissant les banques avec un parc à thème en faillite et une énorme quantité de biens immobiliers pratiquement sans valeur.

EuroDisney a ensuite forcé la main à la banque en convoquant la réunion annuelle des actionnaires pour le 15 mars. N’ayant d’autre choix que d’annoncer aux actionnaires que le parc était sur le point de fermer, les banques ont commencé à chercher des moyens de refinancer et de restructurer les dettes massives. Puis, afin d’accroître encore la pression sur les banques, Michael Eisner, le PDG de Disney, a annoncé publiquement, peu avant l’assemblée des actionnaires, que Disney prévoyait de mettre fin à l’entreprise à la fin du mois de mars 1994, à moins que les banques ne soient prêtes à restructurer les prêts.

Finalement, le 14 mars, juste avant l’assemblée annuelle, les banques ont capitulé et accepté les demandes de Disney, annulant de fait la quasi-totalité des deux prochaines années de paiement d’intérêts et reportant de trois ans le remboursement de nouveaux prêts. En contrepartie, la Walt Disney Company a annulé 210 millions de dollars de factures impayées pour des services et a payé 540 millions de dollars pour une participation de 49% dans la valeur estimée du parc, ainsi que pour la restructuration de ses propres accords de prêt pour les 210 millions de dollars de manèges du nouveau parc.

 

Le vent tourne pour Disney

En août 1994, le parc commençait enfin à trouver ses marques et tous les hôtels du parc étaient pleins pendant la période de pointe des vacances.

En octobre 1994, le nom du parc a été officiellement changé d’EuroDisney en « Disneyland Paris », afin de lier plus étroitement le parc à la ville romantique de Paris et de se dissocier de la mauvaise réputation qui s’est attachée à l’expression « Euro Disney ».

Les chiffres de fin d’année pour 1994 ont montré des signes encourageants puisque la perte de 650 millions de livres sterling de l’année précédente a été réduite à environ 200 millions, malgré une baisse de 10 % de la fréquentation due à la mauvaise publicité faite autour des problèmes financiers antérieurs.

Fin mars 1995, les dirigeants de Walt Disney prévoyaient que DisneyLand Paris pourrait atteindre le seuil de rentabilité d’ici la fin de 1995.

Aidés par l’ouverture de Space Mountain le 1er juin 1995, Disneyland Paris et le complexe Euro Disney resort annoncent un bénéfice de 22 millions de livres sterling, suivi du premier bénéfice d’exploitation annuel annoncé en novembre 1995.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *